Quel avenir pour les mers celtiques ?

Les mers celtiques abritent un grand nombre d’espèces marines, notamment des cétacés et les récifs coralliens d’eau froide.



Elles fournissent un emploi à

400000 personnes


Et leur contribution annuelle à l’économie s’élève à environ

17 milliards d’euros

TROIS SCÉNARIOS

Nous nous sommes penchés sur les évolutions potentielles des mers celtiques au cours des 20 prochaines années dans trois scénarios différents ...

i

Cliquez sur l’un des boutons ci-dessous pour découvrir les scénarios

1

Statu Quo

2

L’environnement source d'emplois

3

Économie locale

L’économie maritime se développe conformément aux prévisions.
Aucun changement majeur n’a lieu en matière de comportements, de priorités ou d’économie
La croissance économique demeure la priorité et la société ainsi
que le secteur industriel restent réticents à l’idée d’adopter des politiques environnementales qui modifieraient radicalement ce statu quo.

RÉSULTATS



Dans chacun des trois scénarios, les mers celtiques sont de plus en plus fréquentées et la concurrence pour l’espace va s’intensifier au cours des 20 prochaines années.



Il y a des gagnants et des perdants dans chacun des trois scénarios.




Des opportunités existent pour une collaboration plus étroite entre les nations et les secteurs, à la fois pour éviter les conflits et pour tirer les meilleures ressources de notre milieu marin.

Irlande France Irlande du Nord Écosse Pays de Galles Angleterre


Dans les points chauds qui se trouvent autour du sud du Pays de Galles, de la mer d’Irlande et de la côte ouest de l’Écosse, plusieurs secteurs verront leurs activités occuper le même espace. Les décisions qui seront prises à ces endroits-là auront un effet domino sur l’ensemble des mers celtiques.



Les lacunes au niveau des données et des informations actuellement disponibles ne permettent pas vraiment aux décisionnaires d’avoir une vue d’ensemble de ce qu’il se passe dans nos mers.

ALLER PLUS LOIN

Les secteurs ont, entre eux, de nombreuses relations de nature différente. Ils peuvent parfois être en concurrence pour un même espace, tout en étant liés l’un à l’autre de manière moins évidente. Pour cette raison, les décisions prises par un secteur ont pratiquement toujours des conséquences sur d’autres secteurs. Cela peut mener à des conflits, mais dans de nombreux cas, la croissance d’un secteur permet également le développement d’autres activités. Le rapport identifie les opportunités pour une collaboration plus étroite entre les secteurs pour atteindre ces avantages mutuels. Lorsque des secteurs sont en concurrence directe, une bonne planification et une bonne conception des projets, couplées à une implication précoce des parties prenantes, peuvent permettre de limiter les conflits.

Ces scénarios ne représentent que trois possibilités parmi de nombreuses autres, mais ils montrent dans quelle mesure les différents facteurs peuvent avoir un impact sur l’état de notre économie maritime dans 20 ans. Déjà très présents, les ports, le transport maritime et le tourisme représentent la majeure partie de l’économie maritime dans tous les scénarios. La pêche ne connaît qu’une croissance marginale, tandis que la contribution des secteurs pétrolier et gazier devrait diminuer au fil du temps. Le secteur émergent des énergies marines renouvelables dispose d’un potentiel énorme, mais il varie de manière importante dans les trois scénarios en fonction des priorités retenues.

i

Cliquez sur l’un des boutons ci-dessous pour découvrir les scénarios

1

Statu Quo

2

L’environnement source d'emplois

3

Économie locale

Ces scénarios donnent une idée de l’impact des différents facteurs sur l’emploi au cours des deux décennies à venir. L’économie maritime des mers celtiques emploie près de 400 000 personnes directement. Au cours des 20 prochaines années, entre 95 000 et 135 000 emplois devraient s’y ajouter. En prenant en compte l’emploi indirect via les chaînes d’approvisionnement, ce chiffre pourrait doubler. Dans tous les scénarios, les plus grands employeurs sont les ports et le transport maritime, ainsi que le tourisme et les activité de plaisance.

i

Cliquez sur l’un des boutons ci-dessous pour découvrir les scénarios

1

Statu Quo

2

L’environnement source d'emplois

3

Économie locale

Le graphique ci-dessous montre les répercussions que pourraient avoir les 11 descripteurs de l’UE en faveur du bon état du milieu marin dans nos trois scénarios. Il ne prend pas en compte le développement de nouvelles technologies permettant de minimiser l’impact environnemental de l’industrie, il est donc possible que celui-ci puisse être en partie compensé par l’innovation.

i

Cliquez sur l’un des boutons ci-dessous pour découvrir les scénarios

1

Statu Quo

2

L’environnement source d'emplois

3

Économie locale